Et à Notz l'Abbé,
Voir l'invisible :
anachorètes
et reclus
Reclusoirs
et hagioscopes.
Et à Notz l'Abbé,
une récluserie ?
Questions en suspens

L'ancien prieuré de Notz l'Abbé

et la chapelle St Antoine

Serait-ce là la recluse de Notz ?

Dernier indice : sur cette autre peinture sur enduit, la chapelle de Notz ... et son reclusoir ?

Les objectifs de ce site

Et finalement pourquoi avons-nous fait ce site, ici à Notz l'Abbé ?

L'ancien prieuré de Notz l'Abbé a été fondé en 1228. Des renseignements un peu plus complets sur l'ensemble sont à l'adresse ci-dessous : http://monsite.orange.fr/notzlabbe
Par ailleurs nous tenons à votre disposition une documentation que nous pouvons partiellement transmettre par mail notz@wanadoo.fr

Si les bâtiments d'habitation du prieuré ont été largement refaits plusieurs fois dans l'histoire, la chapelle, elle, est remarquablement conservée.

A l'extérieur, elle se trouve exhaussée d'environ 1 m à la suite d'excavations probables et un fenil ou grenier a été aménagé au dessus des voûtes au moment de la vente comme bien national après la révolution ; cela lui donne un air plus imposant qu'à l'origine.

A l'intérieur, on est frappé par les couleurs chaudes des peintures murales qui ont été miraculeusement conservées, puis habilement restaurées sous la conduite des momuments historiques en 1996.

Une des peintures, directement sur pierre, probablement du XIV° ou avant représente un saint evêque (ou père abbé) en train de bénir.

Mais qui bénit-il ? On avait l'habitude de penser à un moine bénédictin puisque ce prieuré dépendait de l'abbaye bénédictine de Saint Savin. Mais à bien regarder, l'habit, le visage même de ce personnage ne seraient-ils pas plutôt féminins ?
Ce n'est qu'un indice.

Deux hagioscopes possibles, symétriques par rapport au portail ouest ont été (récemment pour l'un d'entre eux) découverts.

Ils traversent de part en part le mur de 1m20 à hauteur de l'oeil pour qui se tient au niveau antérieur du sol, et sont dirigés obliquement pour converger exactement vers le centre du chevet plat à l'endroit du tabernacle actuel.
De plus, au dessus de l'ouverture de gauche (la plus au nord) on peut observer 4 mortaises qui pouvaientservir d'appui à la charpente d'un appentis ...

Bien entendu, d'autres hypothèses ont été avancées pour expliquer l'usage de ces trous. On les a appelés "trous aux lépreux" en référence aux trous existant par exemple dans l'église de Dives sur mer dans le Calvados ; une autre hypothèse serait que ces trous, d'évidence aménagés à la construction de la chapelle, ont servi de supports d'échafaudages, d'autant que d'autres trous dits trous de boulin existent 1m 50 plus haut et sur les murs nord et sud.

Le mystère donc subsiste, et nous espérons que ce modeste site attirera l'attention d'un des spécialistes des recluseries pour nous aider dans nos recherches.

A vrai dire une archéométrie rigoureuse de cette chapelle devrait apporter beaucoup à son histoire qui est par ailleurs bien mal connue, les archives de l'abbaye dont elle dépendait (St Savin sur Gartempe) ayant été brûlées pendant les guerres de religion.

Et visitez notre autre site
www.atelierssaintantoine.com